Carnet de route en Colombie

Carnet de route en Colombie
Carnet de route en Colombie

Le seul problème avec la Colombie, c’est qu’une fois qu’on la visite, on a envie d’y rester. Tel est le slogan de l’office national du tourisme. C’est un paradis pour le voyageur qui ose s’y aventurer: Jungle amazonienne, côte Pacifique, mer des Caraïbes, plantations de canne à sucre, musiques endiablées, sommets enneigés et champs de café… La liste est longue !

Dernière étape de notre tour du monde, nous avons commencé par la belle Popayan pour découvrir les plus beaux sites archéologiques du pays. Nous avons ensuite rejoint l’océan pacifique pour observer les baleines à bosses, puis trekké dans la Zona Cafetera, avant de rejoindre Carthagène pour profiter de la douceur des Caraïbes. Un itinéraire de 1 mois que nous terminons dans la vibrante capitale du pays, Bogota !

Nous vous invitons à découvrir notre carnet de route en Colombie et à profiter de nos plus beaux clichés ainsi que de nos conseils aux voyageurs.

 

Vallée de Cauca: Popayan – Marché de Silvia et site archéologique de Tierradentro & San Augustin

Iglesia de San Francisco - Popayán

Iglesia de San Francisco – Popayán

Pour rejoindre la Colombie, nous avons dû traverser l’Equateur. Hormis une pause de 2 jours dans Quito, la capitale, nous n’avons rien vu de ce tout petit pays réputé pour offrir un concentré d’Amérique du Sud. Nous reviendrons c’est sûr, mais pour l’instant nous franchissons la frontière Colombienne… Faute de temps, nous dérogeons à nos habitudes en passant la nuit dans la première ville que nous rencontrons. Les villes frontières ne sont généralement pas les plus attrayantes. Et là surprise, Ipiales est une petite ville agréable, vivante, située au milieu de vallées verdoyantes. Nous repartons dès le lendemain en direction de Popayan.

8h de bus sont nécessaires pour rejoindre la ville blanche coloniale. Cette ville a la particularité d’être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour son architecture, mais surtout pour sa gastronomie. Un plaisir pour les fines bouches en peine que nous sommes devenus !

Vallée de Cauca

Vallée de Cauca

Un brin distinguée avec son ambiance agréable et reposante, nous nous y installons pour 3 jours. C’est l’occasion d’initier nos papilles aux nombreuses spécialités culinaires: Empanadas de Pipian, Bunuelos… Mais nous en profitons également pour dîner à l’hôtel Camino Real, le meilleur rapport qualité/prix que nous n’ayons jamais vu ! Cette ville est un grand coup de cœur, les habitants sont adorables, c’est beau, bref, à ne surtout pas rater !

Une semaine au moins est nécessaire pour découvrir les nombreux sites archéologiques et groupes ethniques de la région.

Situé au cœur de montagnes escarpées encerclant le petit village de San Andres, le site de Tierradentro est magnifique. Nous trouvons refuge chez Marta, une petite dame d’un certain âge qui accueille dans sa maison des touristes du monde entier depuis plus de 35 ans. La destination, bien qu’incroyable, est peu touristique (nous ne croisons que 6 touristes sur l’ensemble de notre séjour !)

Tombes de Tierradentro

Tombes de Tierradentro

Nous consacrons entièrement notre première journée à la visite des tombes. On ne sait que peu de choses sur cette civilisation précolombienne, mise à part qu’elle se serait installée dans la région entre 700 et 900 ans après JC. Une chose est sûre, l’héritage archéologique est incroyable. L’état de conservation des peintures murales est juste hallucinant. Nous passons une journée à crapahuter dans les montagnes environnantes afin de découvrir tous ces trésors.

Notre trajet de retour scellera à jamais nos souvenirs de Tierradentro. Pendant la nuit, les fortes pluies ont entraîné des glissements de terrain. Nous passerons 10h à pousser le bus au lieu d’un trajet de 5h initialement prévu… quelle aventure !

Marché de Silvia

Marché de Silvia

Nous arrivons le soir, exténués, dans le petit village de Silvia. C’est ici qu’a lieu, tous les mardis matins, l’un des plus beaux marchés de la région. Dès l’aube, de nombreux Chivas (bus en bois colorés typiques de Colombie) déposent sur la place centrale les habitants des communautés indigènes venus spécialement pour l’occasion. On peut rencontrer l’ethnie des Guambiano, nettement reconnaissable par leurs tenues traditionnelles. Nous passons la matinée à flâner à travers les stands de fruits et de légumes, immergés dans cette ambiance des plus typiques.

Hostal Alto de los Andaquies - San Augustin

Hostal Alto de los Andaquies – San Augustin

Dernière étape de la région: La ville de San Augustin. La route est longue, mais heureusement, comme toujours en Colombie, la musique rythme les paysages qui défilent sous nos yeux. A peine arrivés, nous décidons de nous baser à l’extérieur de la ville, dans une hacienda au cœur des plantations de café. L’endroit est incroyable: Fleuri, calme et surplombant les vallées verdoyantes. Nous y passons 3 nuits, un bonheur absolu !

San Augustin fait partie de ces sites emplis de mystères. Peu d’informations sont parvenues jusqu’à notre époque concernant cette ancienne civilisation. Les habitants avaient pour habitude de sculpter des statues de pierre dans des roches volcaniques afin d’honorer leurs ancêtres et leurs divinités. Une pratique qui nous rappelle évidement les fascinants Moai de l’île de Pâques.

Parc archéologique de San Augustin

Parc archéologique de San Augustin

Nous partons une journée en Jeep, pour explorer les temples plus lointains. Nous ne sommes qu’avec des touristes locaux, qui comme souvent, s’empressent de nous demander ce que pensent les Français de leurs pays. Ils aimeraient certainement entendre autre chose, mais la vérité c’est que la Colombie symbolise pour beaucoup le danger lié aux FARC (Force armée révolutionnaire de Colombie) et aux narcotrafiquants. C’est cette image sanglante que la population souhaite effacer en accueillant le voyageur les bras ouverts !

Nous quittons notre hacienda à contre cœur, pour une nouvelle fois reprendre la route. Direction Cali, où nous ferons une étape d’une nuit avant de rejoindre la côte pacifique.

 

La côte Pacifique: Ladrilleros et Juanchaco

Plages sauvages de Ladrilleros

Plages sauvages de Ladrilleros

Pour rejoindre les petits villages de pêcheurs de Ladrilleros et Juanchaco, il nous faut transiter par Buenaventura. Tristement célèbre pour être la ville la plus dangereuse de Colombie (le taux de criminalité y serait 25 fois plus élevé qu’à New-York), nous ne ferons qu’un rapide transfert du terminal de bus vers le port principal.

Frappant violemment les vagues en Fast boat, nous découvrons la côte pacifique pour la première fois. Les falaises abruptes et noires sont recouvertes d’une jungle dense qui se jette littéralement dans l’Océan. Cette partie de la Colombie est très sauvage, Buenaventura est quasiment la seule ville desservie par une route sur l’ensemble de la côte Pacifique! Nous sommes vraiment impressionnés par l’aspect sauvage de l’environnement.

Village de Juanchaco

Village de Juanchaco

En arrivant au petit embarcadère de Juanchaco, nous avons clairement le sentiment de poser les pieds sur une côte africaine. Ici, les habitants descendent majoritairement des lignées d’esclaves qui avaient été déportés lors de la colonisation Espagnole. Toute la population est typé afro. Musique, artisanat en paille, maisons en bois coloré… On sent déjà que l’endroit va nous plaire.

Nous rejoignons le petit village de Ladrilleros en « tracteur-bus ». Nous posons nos affaires dans une petite cabanas pour 3 jours, afin de profiter de la quiétude de ces plages sauvages et désolées. Mais cette région est surtout réputée pour les nombreuses baleines à bosses qui, chaque années, migrent depuis les eaux froides de l’Antarctique afin de mettre bas au large de ces côtes.

Baleine à bosse - Ladrilleros

Baleine à bosse – Ladrilleros

Après quelques minutes de bateau nous apercevons les premiers jets d’eau. Une baleine à bosse et son petit ne sont qu’à quelques mètres de notre embarcation! Ils font claquer leurs nageoires à la surface, et sautent hors de l’eau nous offrant un spectacle intense. Depuis le temps qu’on voulait voir des baleines, nous voilà servis!

Nous quittons le Pacifique, conquis par cet endroit hors des sentiers battus, pour rejoindre l’une des plus belles régions du pays: La Zona Cafetera.

 

La Zona Cafetera: Salento – Vallée de Cocora – Los Nevados – Filandia

Parc National de Los Nevados

Parc National de Los Nevados

Nous arrivons au petit village touristique de Salento après une énième journée de transport. L’endroit est plutôt coquet avec ses petites maisons peintes de toutes les couleurs. Nous ne passons malheureusement qu’une seule nuit car nous partons dès le lendemain pour un trek de 3 jours dans les environs.
30 min de Jeep sont nécessaires pour rejoindre la vallée de Cocora, porte d’entrée du parc national de Los Nevados. C’est l’un des plus beaux parcs du pays. On y vient pour admirer la beauté de ses nombreux volcans culminants à plus de 5000 M, ainsi que pour observer la diversité de sa flore. D’ailleurs, lors de notre première journée de marche, nous traversons 3 écosystèmes bien différents. Nous passons la nuit au milieu de ces plateaux désertiques dans une Finca des plus typiques.

Parc National de Los Nevados

Parc National de Los Nevados

La Finca Primavera est tenu par une petite famille qui offre des hébergements sommaires mais des repas copieux, cuisinés au feu de bois. Le fils aîné organise des ballades à cheval dans les vallées environnantes; nous décidons de partir monter avec lui dès le lendemain.
Malheureusement la météo n’est pas de notre côté, nous n’apercevons pas une seule fois les hautes cimes enneigées qui nous font face… La ballade à cheval est tout de même extraordinaire. Nous passons à travers des vallées superbes, envahies de ces plantes endémiques et ancestrales: les Frailejones. Galoper dans ce décor à plus de 4000 M restera un souvenir inoubliable !

Palma de Cera del Quindío - Vallée de Cocora

Palma de Cera del Quindío – Vallée de Cocora

Le dernier jour, nous retournons à Cocora sous une pluie battante avec un chemin extrêmement glissant… Nous relativisons, c’est la première fois que nous trekkons sous la pluie après un an de voyage! Après 6h de douche intensive nous arrivons enfin au milieu de la célèbre Palma de Cera del Quindío. Ces palmiers, emblèmes du pays, peuvent atteindre plus de 70 M de hauteur !

Afin de profiter paisiblement de nos derniers jours dans la région nous prenons la direction du petit village de Filandia. Ce village, un peu à l’écart des chemins touristiques est un petit paradis, mais chut, c’est un secret !

Zona Cafetera - Filandia

Zona Cafetera – Filandia

Au milieu des collines et des plantations de café, l’atmosphère y est détendue et ses habitants sont charmants. Tout comme les Colombiens venus des villes environnantes nous y passons le weekend. Les vélos mis à notre disposition nous permettent de rejoindre la Finca el mirador. Une Finca réhabilitée il y a peu de temps. Nous rencontrons le propriétaire qui nous fait visiter les lieux avec passion et générosité. Un moment exceptionnel au cœur des plantations de café.

 

La côte Caraïbe : Cartagena, Taganga & le Parc National de Tayrona

Carthagène des Indes

Carthagène des Indes

Alors que nous entamons notre dernière semaine à l’autre bout du monde, l’idée de profiter de la douceur des Caraïbes nous séduit particulièrement. Les réserves du sablier que nous avons tourné au début de notre voyage commencent à s’épuiser… Nous prenons l’avion afin de gagner quelques grains de ce sable si précieux.

Incontournable dans tout séjour en Colombie, Cartagena fait partie de ces villes que l’on espère visiter au moins une fois dans sa vie. La perle du Pacifique dégage une atmosphère très particulière: Il est d’ailleurs difficile de résister au charme de ces petites rues décrépies aux couleurs pastel, et à cette concentration de bâtiments historiques. Sous la chaleur écrasante des Caraïbes, des femmes aux tenues colorées proposent des fruits aux saveurs extraordinaires. C’est cela Cartagena, un doux mélange de cultures, de couleurs et d’odeurs.

Pêcheurs - Village de Taganga

Pêcheurs – Village de Taganga

Nous gardons un souvenir inoubliable de notre balade le long de la muraille en fin de journée. D’un coté, le soleil plonge dans la mer et de l’autre la ville appelle à faire la fête. Au détour d’une ruelle nous dénichons deux précieuses bouteilles d’un Rhum Dictador de 36 ans d’âge produit seulement à 2000 exemplaires. Un trésor pour les amateurs que nous sommes…

Santa Marta est une autre ville importante de la région, passage presque obligatoire pour se rendre au PNN Tayrona. Nous passons 2 nuits dans le petit village de Taganga, situé à 10 min de Santa Marta. Il y a encore 5 ans ce petit port de pêche était un repère «baba cool» des plus paisibles. Aujourd’hui, les auberges de jeunesses ont poussé comme des champignons et le tourisme de la drogue s’est fortement développé. Résultat, bien que tous les soirs les pécheurs déchargent leurs poissons sur la plage, l’endroit a perdu de sa quiétude et de son authenticité. Dommage.

PNN Tayrona

PNN Tayrona

Non loin de là, le Parc National de Tayrona est un endroit paradisiaque. Il vaut mieux se lever tôt afin de bien profiter du lieu car la route est longue! Une fois à l’intérieur du parc, nous enfourchons deux chevaux et partons dans un galop effréné à travers la foret tropicale pour rejoindre le bord de mer.
Sans nul doute, la beauté du paysage est digne de celui d’une carte postale: Des plages de sable blanc, de l’eau cristalline, et de grosses formations rocheuses. Ce sont certainement les plus belles plages de toute la Colombie.

De retour à Santa Marta, nous passons notre dernière soirée sur la côte caraïbe à manger des ceviche et à se promener le long de la marina. Décidément, les caraïbes c’est vraiment sympa! Nous partons le lendemain pour notre avant dernière étape: Villa de Leyva.

 

Le centre: Villa de Leyva et Bogota

Villa de Leyva

Villa de Leyva

C’est avec un ultime bus de nuit que nous arrivons dans la petite ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Bien que le site soit l’un des plus touristiques de toute la Colombie, nous sommes surpris par le peu de touristes internationaux. En ce dimanche, sur la grande place du village, nombreux sont les locaux qui se sont rassemblés autour de l’orchestre. L’ambiance est à la fête et nous nous laissons emporter par les musiques Colombiennes. Villa de Leyva est un de ces petits villages coloniaux aux façades blanches comme nous en voyons depuis quelques mois en Amérique du Sud. Ceci dit, c’est certainement le plus charmant de tous !

Capitale de la Colombie, Bogota est notre dernière étape. Nous décidons de nous loger à la Candeleria, un des quartiers historiques de la ville. L’ambiance bohème et artistique de ce lieu nous séduit immédiatement.

Bogota city

Bogota city

Longtemps considérée comme l’une des capitales les plus dangereuses au monde, Bogota connaît aujourd’hui un souffle nouveau. Classée en 2007 par l’Unesco comme «capitale mondiale du livre», on trouve de nombreuses bibliothèques, mais également un grand nombre de théâtres, de musées et d’expositions. Une vibe culturelle à laquelle on ne peut pas résister !

Nous en profitons pour découvrir le musée Botero, le célèbre peintre et sculpteur Colombien. On découvre entre autres ses toiles avec ces fameux personnages hauts en rondeurs, mais également ses sculptures en bronze dont la technicité nous a fascinés. Dans la même bâtisse on retrouve une collection permanente avec de grands noms tel que Picasso, Chagall, Renoir, Monet et bien d’autres.

Musée Botero - Bogota

Musée Botero – Bogota

Incontournable également le musée de l’or, qui offre la plus importante collection d’orfèvrerie préhispanique au monde.

Demain au même moment nous serons déjà au dessus de l’Atlantique dans notre vol de retour. Mais pour l’heure nous devons profiter de nos derniers instants. Le hasard de la vie fait que nous connaissons deux amis résidents à Bogota. Un grand merci à Valentine et Antonio avec qui nous avons passé notre dernière soirée en Tour du Monde !

La Candelaria - Bogota

La Candelaria – Bogota

Nous voilà dans le taxi qui nous emmène à l’aéroport. Un an est déjà passé ! C’est à peine croyable. Nos sentiments s’entrechoquent. Nous sommes évidemment très excités à l’idée de retrouver nos proches, mais comment faire face à cette mélancolie de fin d’aventure ?

C’est très difficile de faire le bilan de l’année qui s’est écoulée. Ces moments de découvertes et de partages ont déjà comme un goût de doux souvenirs… Mais nous réalisons bien avoir vécu une aventure extraordinaire.
Au final, tout cela nous fait prendre conscience que beaucoup de choses simples dans la vie sont à portée de main. Le bonheur n’est pas perdu sur une ile déserte au milieu du Pacifique, mais il est bien là, présent au quotidien. Il faut juste en prendre conscience afin de le cultiver.

Après en avoir rêvé pendant des années, nous avons mis notre plan à exécution et aujourd’hui notre rêve s’est réalisé. Il est temps à présent de rentrer le partager !

Merci à tous de nous avoir suivis,

Louise & Romain

 

Conseils-aux-voyageurs

- Les vols internes en Colombie sont très abordables, c’est parfois même moins cher que le bus ! Ne pas s’en priver car les trajets en bus sont parfois très longs !

- Attention aux périodes de vacances et aux week ends, les Colombiens voyagent énormément à l’intérieur de leur pays. Les hébergements et transports ont tendance à être pleins !

- A San Augustin, ne pas hésiter à trouver un hébergement en dehors de la ville, les paysages sont superbes et c’est tellement reposant. Alto de los Andaquies est l’hostal qu’il vous faut ! (Environ 50 000 COP la double avec PDJ en saison basse)

- Si vous trouvez Salento dans la Zona Cafetera un peu trop touristique à votre goût, essayez de loger dans les petits villages aux alentours. Nous sommes allés à Filandia quelques jours… c’était magique, très authentique !

- San Augustin est un site extraordinaire, mais Tierradentro est vraiment unique. Bizarrement, il y a très peu de touristes. Vous aurez vraiment l’impression d’être des explorateurs à la recherche de tombes oubliées !

- La Colombie possède une richesse culinaire sans précédent sur le continent Sud Américain. Chaque région a ses propres spécialités. Lors des transports en bus, goûtez à toutes ces saveurs à 1ooo COP proposés par les vendeurs ambulants!

- Si vous voulez voir des baleines à bosses sans vous ruiner, Buenaventura est une étape obligatoire. Cette ville peu attrayante est la seule porte d’entrée pour cette aventure. Pour 7 USD depuis Ladrilleros, vous vivrez l’experience durant 30 min ! Incroyable !

- A Popayan, surtout ne pas rater le restaurant de l’hôtel Camino Real, le menu est divin, les plats variés et le prix imbattable. Un must !

 

Commentaire

comments

2 Comments

  • ATTIA Raoul & Annie dit :

    Bonjour Louise et Romain,
    Nous sommes des amis de Zouzou et, je suis en train de regarder votre site qui est tout simplement magnifique. De vrais pro.
    J’ai commencé par la Colombie car mon gendre est Colombien.
    Après leur mariage il a amené son épouse (ma fille) en Colombie et elle en a gardé des souvenirs impérissables.
    Je vais bien sur leur envoyer le lien et nous, nous allons continuer à voyager autour du monde en votre compagnie.
    Merci pour tous ces beaux cadeaux.
    Raoul

    • Louise et Romain dit :

      Merci pour ce gentil message !
      Ce voyage a été une expérience unique, nous avons particulièrement aimé la Colombie. Ce pays est plein de surprises, et les habitants sont adorables !
      Nous sommes de retour dans la région Genevoise depuis quelques mois déjà. Un retour à la vie normale !
      Merci de nous avoir suivi !
      Très belle soirée,

      Louise & Romain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>